lundi 2 juin 2008

Les Techs, chapitre 7, première version (suite)

4

4 parait définitivement installé chez Josh Mallone. Du moins jusqu’à ce que ses frères et sœurs n’aient besoin de lui ailleurs. Et Josh lui a même promis qu’il était prêt à héberger les six autres Techs si nécessaire – pour un certain temps et uniquement si aucun organe officiel ne vient lui demander des comptes, mais c’est déjà pas mal. C’est un véritable château qu’il a laissé à la garde de l’enfant, tandis que lui allait travailler. Epuisé d’avoir veillé trop longtemps, 4 se lève en début d’après-midi et découvre à sa grande stupeur qu’il est seul dans la maison.

Il cherche Josh par toutes les caméras et tous les systèmes de sécurité, sans succès. Il ne remarque pas le papier que l’acteur a laissé devant la salle de méditation. Il part à sa recherche lui-même, errant d’une pièce à l’autre dans l’espoir d’en trouver une non reliée au Réseau qui aurait pu lui échapper. En vain.

Il commence à paniquer.

D’abord les professeurs qui sont enlevés et les surveillants tués. Ensuite 3 et 5 qui sont retenues prisonnières par un psychopathe. Puis 1 qui disparait. Et pour finir, Josh lui-même qui l’abandonne !

4 est à deux doigts de pleurer – deux petits doigts – quand il réalise qu’il est seul dans la maison la plus extraordinaire qu’il puisse inventer. Il ne le réalise pas seul. Il pousse une porte et tombe en arrêt devant le satellite artificiel Echo III, le dernier-né et le plus beau de sa catégorie, capable d’enregistrer des milliards d’informations venant de l’espace, de mener des expériences, d’étudier la Terre et de se relier au Réseau mondial, faisant aussi bien de la télécommunication que de la télédétection.

4 ne perds pas de temps à s’étonner de voir un Echo III de treize mètres de long dans le manoir d’un acteur de série, il n’en veut même pas à Josh de lui avoir caché ce bijou, il n’a qu’une idée en tête : l’essayer. Il envoi son esprit dans tous les éléments tech disponibles de la machine. Il rêve d’investir ce nouveau corps de métal capable de naviguer dans l’espace et doté de sens qui lui permettraient de tout sentir et tout ressentir de ce voyage…

Bien sûr le satellite est cloué au sol tant qu’il ne sera pas greffé à une fusée, mais même à terre 4 le trouve grandiose. Il essaye tous les organes techs de son nouveau jouet infiniment plus performant que les machines tech du laboratoire. C’est en testant les capacités de connexion au Réseau que l’enfant s’aperçoit enfin de la supercherie : c’est un faux satellite qui est entreposé ici. Non, jamais la SRAM  et encore moins l’Alliance n’aurait autorisé la diffusion d’un de ses précieux satellites, même scientifique, à des intérêts privés. Le système leur permettant de se connecter à distance au Réseau, notamment, est un des secrets les mieux gardés de la SRAM. Pourtant, 4 a bien reconnu l’Echo III, il en est certain. Au laboratoire, les scientifiques encourageaient sa passion pour l’espace et débordaient largement du cadre de ses cours pour lui apprendre tout ce qui l’intéressait.

Même si l’essentiel manque, le faux Echo est doté d’appareils de pointe et de programmes sophistiqués qui permettent à l’enfant de s’imaginer tout ce qui se passerait, dans l’espace. Surtout s’il rencontrait des extraterrestres. Il cherche de quelles manières il pourrait communiquer avec eux, par les sons, les ondes, la lumière, les mathématiques…

Dans ce domaine, l’Echo III est normalement plutôt limité. Sauf que ce modèle transformé, s’il manque des programmes nécessaire pour être un véritable satellite et voler dans l’espace, a été blindé de moyens de communication. Pas étonnant que Josh l’ai acheté, conclut 4 qui revient à regret à son corps pour échapper à la migraine. Ce petit tour a ravivé son envie d’aller dans l’espace, dans un vaisseau tech. Il n’en a pas reparlé à 1 ni à 2, n’a pas formulé son vœu dans la pieuvre. Si 5 était là, ils pourraient faire des projets, elle aurait mille idées plus folles les unes que les autres pour y arriver… Mais 5 n’est pas là. 1 et 2 non plus. 4 est seul et tous les extraterrestres de l’univers n’y changeront rien. Sa joie retombe.

Il repousse la nécessité d’aller jusqu’à la pieuvre pour voir où en sont les autres. Sa présence n’est même pas nécessaire, il a laissé là-bas toutes les informations qu’il avait sur le Ghetto et la situation de ses sœurs. Et s’il y retournait et qu’il n’ait toujours aucune nouvelle de 1, là il ne pourrait plus tenir le coup, pas tout seul. L’enfant repart, il tourne en rond dans le manoir. La plupart des affaires de Josh tournant autour de sa passion pour les extraterrestres sont beaucoup moins sophistiqués que le faux satellite, et si 4 trouve certains de ces gadgets idiots, il est enthousiasmé par les autres. Mais ce qui aurait normalement été un véritable parc d’attraction pour lui parvient à peine à le distraire de son angoisse. Il joue avec un objet, le repose ailleurs, en prend un autre, hésite, tourne en rond, passe et repasse d’une pièce à l’autre, errant comme une âme en peine à un moment pour s’émerveiller l’instant suivant.

Il retourne même voir le faux Echo III. Il trouve quelque chose de familier dans l’idée de ce satellite-jouet géant. S’il avait été aussi riche et aussi libre que Josh Mallone, il aurait sans doute acheté à prix d’or quelque chose de semblable. Il essaye de lire dans la mémoire de l’engin, sans se rendre compte que de nombreux programmes sont en place pour écarter les intrus. Il ne veut pas être indiscret, juste se distraire un peu de son mal-être.

Il tombe sur une vraie mine d’or d’informations top secrètes achetées à prix d’or à des scientifiques de la NASA et de la SRAM prêt à lâcher quelques bribes de leur précieux savoir. Le tout a permit à l’acteur de vérifier certaines théories en vogue et même de créer la sienne. 4 trouve très amusant de voir comment des gens n’ayant jamais étudié la matière tech interprètent ses particularités.

Les extraterrestres ont envoyé sur Terre la matière tech sous forme d’un œuf parfaitement sphérique de trois centimètres de long, enfermé dans une capsule ovale symétrique composée d’un autre matériau qui n’a jamais pu être identifié. En effet, sitôt en contact avec une vie intelligente, la capsule s’est désagrégée sans laisser la moindre trace, ayant rempli sa mission.

4 a vu les vidéos historiques de la découverte de la matière tech. Pas la moindre trace de capsule ni d’œuf. Juste une incrustation, de trois centimètres de long il est vrai, dans un astéroïde. Oui, toute la tech du monde est issue de ces trois centimètres venues de l’espace. Ils n’étaient pas envoyés en grande pompe. Mais 4 croit dur comme fer que cet astéroïde a bien été lancé exprès sur la Terre par une intelligence extraterrestre. Il n’a pas évoqué cette théorie à Josh Mallone, pourtant : au laboratoire trop de monde se moquait de lui et même 5 prenait cette idée à la légère. Ça le réconforte de penser que Josh croit que les Techs sont le fruit du cadeau des ET et de l’intelligence humaine, même s’ils ne sont pas des extraterrestres eux-mêmes. Ce n’est pas rien.

La SRAM est un organisme créé pour garder ce secret et faire croire que ce sont des humains qui ont inventé la matière tech. Ce nom même, raccourci de « technologie nouvelle », est censé rappeler à tous l’ingéniosité des savants qui aujourd’hui sont engagés uniquement pour continuer à faire croire à cette immense farce, et sont payés des fortunes pour se taire. Il n’y a rien dans les locaux de la SRAM. La matière tech forme spontanément des objets utiles à l’homme qui devraient être offerts à tous, au lieu de quoi la SRAM les vend à prix d’or et garde précieusement l’œuf qui lui assure ce monopole. La matière tech est un cadeau magnifique offert à l’humanité par des extraterrestres bienveillants, qui nous a été volé par la SRAM criminelle !

4 est mort de rire en lisant ce fichier. Former spontanément ? Il connait assez bien la matière tech – et pour cause – pour savoir que rien, justement, n’est spontané dans ce bazar. Les êtres vivants non-techs sont capables de mutations spontanées. Pas les objets ni les vivants techs dont les cellules ne peuvent s’éloigner d’un millième de membrane de leur programme. Le travail des scientifiques de la SRAM est justement de programmer ces cellules pour former des objets utiles, pas forcément utiles à l’humanité, mais utiles à leurs clients. 4 est d’ailleurs d’accord avec 2, il est injuste que tout le monde n’ai pas accès au tech, et encore plus injuste que seuls ceux qui y ont accès soient considérés comme citoyens. L’enfant est très fier du sabotage de sa sœur et de son frère. Comme il aurait aimé être avec eux ! 5 aussi aurait adoré ça, mais il aurait fallu s’y mettre à plusieurs pour la retenir de dire aux dirigeants ce qu’elle pense de leur façon criminelle de régler les problèmes.

4 est épaté de voir qu’une preuve accompagne les affirmations bizarres anti-SRAM. C’est une vidéo tech qui a été volée dans un laboratoire de la SRAM. On voit une base tech neutre : une petite boule couverte de pointes. Entre les pointes sont encastrées un à un les composants du programme, de minces plaques aux formes géométriques régulières. Une fois le code achevé, la cellule-œuf devient une sphère parfaitement lisse, une jolie bille aux yeux de l’enfant qui ‘empruntait’ souvent ces œufs techs pour jouer avec 5. Jamais il n’aurait imaginé qu’un objet aussi familier, qu’il est capable de créer en moins d’une seconde quand on lui donne une base neutre, puisse être aux yeux d’un étranger entouré d’un tel mystère et susciter une telle fascination.

Tout ému, il assiste à la naissance de l’objet. En accélérant la vidéo, tout de même. Elle dure normalement dix heures et demi. Quelle que soit la taille de l’objet définitif et la matière qu’il doit adopter, ça dure dix heures et demi. Dix heures, vingt-sept minutes, six secondes et 18 centièmes, pour être précis. La cellule-œuf bourgeonne, se boursoufle, s’étire, rappelant à la fois une plante et une réaction chimique. Elle crée une plaque de métal longue et fuselée, d’un rouge carrosserie incrusté de veinules dorées à la mode, sans doute l’avant d’une voiture de luxe. Un de ses cotés porte de minuscules pointe. Elle doit être programmée pour s’emboîter avec encore un autre objet tech, d’une autre matière. En voyant ça, 4 a la nostalgie du laboratoire. C’était bien… C’était chez lui. Depuis, ni le 10 Johnson Street, ni l’épouvantable immeuble de Thune, ni le magnifique manoir de Josh Mallone n’ont composé un ‘chez lui’ acceptable. Il voudrait retourner au laboratoire. Mais il n’y a plus que des morts, là-bas.

Il continue à fouiller dans les fichiers.

Il est possible que les extraterrestres communiquent avec nous grâce aux vibrations de la matière tech ! On suppose que la fameuse aura des objets techs, celle qui leur permet de communiquer entre eux dès qu’ils sont assez proches – sans utiliser des ondes – est doublée d’une autre aura d’une immense envergure, qui n’établit pas de connexion avec tous les  objets techs. Cette deuxième aura, appelée aura bêta, ne peut se connecter qu’à l’esprit des extraterrestres qui ont créé la matière tech. Elle leur permettrait ainsi par télépathie de se relier à tous les objets techs de l’univers.

4 ne comprends pas pourquoi Josh ne lui a pas parlé de ça. C’est une idée géniale, même si elle n’est basée sur aucun fait vérifié. On ignore encore à sa connaissance pourquoi les objets techs suivent une lente et infime vibration, tous au même rythme. Ça pourrait bien être cette fameuse aura bêta ! Mais si c’est le cas, les extraterrestres en ont oublié le mode d’emploi : depuis qu’il est né, bien que télépathe avec ses frères et sœurs, 4 n’a jamais reçu le moindre message venant de l’espace.

A moins que la présence perçue par 7 en soit un. Ce serait possible. Depuis toujours, 5  est la plus habile en manipulation tech mais 7 est la plus sensible. Elle a toujours su des choses sans que les autres ne comprennent comment elle s’y prenait. Et la présence a bien parlé d’un pont vers les étoiles, non ?

4 retire son esprit du satellite et retourne dans la salle de méditation : il a vraiment poussé ses forces tech au maximum. Il réfléchit. Quand 7 lui a appris ce que la présence lui avait dit, il avait bien d’autres soucis en tête et n’y avait pas vraiment fait attention. Il a trop l’habitude des cauchemars et des prémonitions de 7 pour les remarquer. Mais maintenant qu’il y repense, ça pourrait coller. Ça pourrait même très bien coller. Il est certain qu’il y a quelque chose, dans le Réseau, qui existe, une intelligence différente de celle des Techs, peut-être une intelligence artificielle, peut-être un programme manipulé par quelqu’un, peut-être un esprit extraterrestre ! Toutes les pistes sont intéressantes mais 4 déjà choisi celle dans laquelle il croit. Quand les problèmes urgents seront réglés, il faut absolument que les Techs traquent cette présence et découvrent ce qu’il en est au juste. 4 se voit déjà suivant 5 dans les méandres du Réseau. Car évidemment, d’ici là, 5 sera délivrée, 3 aussi, et c’est 5 qui organisera la chasse et qui fabriquera les pièges, ce sera 5 et son instinct guerrier qui guideront les autres dans ce combat de pensée. Ils trouveront les extraterrestres et 4 racontera fièrement ses exploits à Josh Mallone qui sera son ami pour toujours et leur permettra à tous de rester vivre chez lui.

4 est encore en train de développer les détails de cet avenir radieux lorsque l’acteur rentre enfin.

3 et 5

Les deux sœurs réunies s’enlacent. Pas une embrassade de joie ni de pardon, uniquement une étreinte brève et fonctionnelle, nécessaire pour que chacune sache ce que l’autre sait et qu’elles mettent au point un plan. 5 sait bien que 3 ne lui a toujours pas pardonné d’avoir dit du mal du laboratoire, et 3 sait que 5 ne s’excusera pas. Pour le moment, elles se concentrent sur leur évasion.

On peut y arriver grâce à Mok, explique 3. Tant qu’il portera mon blouson, tu peux le manipuler par télékinésie. Il faudra lui faire croire qu’on peut faire ça à distance pour qu’il ait assez peur et qu’il soit obligé de nous aider.

Mais on a entendu tout le monde dire que dehors c’est presque la guerre, on risque de se prendre une balle.

On a été entraînée à ça, Mok volera des armes, on se battra.

5 n’est pas d’accord. Elle qui est toujours prête à se battre voit bien dans les pensées de sa sœur qu’elle a une vision toute théorique des combats. 3 ne se rend pas compte de ce que ça veut dire de traverser la ville sous le feu, ni de ce que ça veut dire de tuer. Pourtant, elle s’est battue au cours de l’attaque du laboratoire. Mais elle voulait sauver les professeurs et n’avait absolument pas tenu compte du danger. Comme il ne lui est rien arrivé, elle est prête à recommencer les mêmes erreurs.

5 ne se demande pas si sa propre vision du danger est plus juste, pour elle c’est une certitude. Elle a toujours été fascinée par les batailles et les armes à feu. Et elle a déjà tué.

Il lui parait évident que leurs quelques années d’entraînement et leurs armes ne feront pas le poids face à tous les membres du Ghetto lancés par Thune à leur poursuite. Et même si l’alarme n’est pas donnée, la zone près des portes est sous le contrôle des combattants de Thune et des capuchons noirs. 5 rappelle à sa sœur les images où ces enfants ont prouvé leur redoutable efficacité. Aucun entrainement ne peut dépasser les conditions de vie terribles du Ghetto.

Il faudra déstabiliser Thunes, continue 3, pour qu’il ait autre chose à faire que de nous envoyer ses combattants.

Non ! Si on provoque une guerre, on va se retrouver en plein dedans ! Il faut qu’on ruse pour arriver aux portes. On pourrait porter une capuche noire. Mok dit qu’il y en a dans les gardiens de la porte. Il faut lui demander son avis, il connait le Ghetto mieux que nous, il peut avoir de bonnes idées.

Non. Il faut qu’il ait peur de nous et qu’il croie qu’on sait mieux que lui ce qui va se passer.

Peu à peu, voguant de la pensée de l’une à la pensée de l’autre, le plan se met en place. 5 aimerai demander à sa sœur ce qu’elle pense des enfants du Ghetto et de leur enfermement, et de leur rôle à eux, les Techs. Elle se sent perdue, prisonnière d’émotions contradictoires et d’ordres absurdes. Née pour protéger et servir, elle n’a jamais défendu cette devise comme un étendard de son identité Tech, mais elle ne l’a jamais mise en doute. En temps normal, c’est 3 qui devrait insister pour qu’ils obéissent aux professeurs et sauvent les habitants du Ghetto de gré ou de force, et 5 lutterait pour qu’elles prennent très égoïstement leurs jambes à leur cou et sauvent leur peau. A présent, 5 n’ose pas poser la question à sa sœur car elle a peur de la réponse. Etant donné ce que 3 a dit précédemment, elle n’a sans doute aucune envie de sauver qui que ce soit ici, trop heurtée par la violence et la culture de clan du Ghetto. Et 5 aurait beaucoup de mal à accepter que sa sœur pense comme ça. Tout ce qu’elle peut faire pour l’instant, c’est esquiver le problème.

Oui, mieux vaut se concentrer sur le plan. 5 a peur et envie le sang-froid de 3. La petite fille est prête à tout lorsqu’elle est dans le feu de l’action, mais l’attente fait lentement monter son angoisse sans qu’elle ne parvienne à savoir ce qu’elle redoute exactement. Tandis que 3 calcule froidement leurs chances et n’hésitera pas à se lancer le moment venu. En refusant d’admettre que la mort existe et qu’elle les menace réellement, elle peut maintenir la peur à distance et rester concentrée et efficace.

Il ne leur reste plus qu’à attendre que Mok soit à nouveau leur gardien et que Thune soit appelé ailleurs par ses nombreuses obligations. Il tarde à partir, guettant la guérison miraculeuse de 5 d’un œil méfiant. Au bout de quelques minutes, il écarte 3 de sa sœur avec une apparente douceur, mais la petite fille ne pourrait pas se dégager de sa poigne sans se casser l’épaule.

« Et maintenant, dit-il d’une voix douce, ça va mieux ?

_ Heu, improvise 5, oui, mais ça va recommencer. Il faut qu’on reste plus longtemps.

_ Combien ?

3 calcule rapidement le délai le plus avantageux pour elles tout en étant crédible pour Thune. Heureusement elle est encore assez près de 5 pour qu’elles puissent communiquer par télépathie.

_ Une journée ensemble pour ne pas être malade pendant une journée, dit 5. Avec elle ou avec mon frère, mais comme il n’est pas là, il faut que ce soit avec elle. C’est de ça que j’étais malade quand on est entré ici.

Thune la regarde droit dans les yeux et parait lire directement dans son âme, une vision où ses mensonges seraient soulignés en rouge. 5 avait déjà eu droit à son terrifiant regard d’assassin, mais ce n’était encore qu’une ébauche vaguement menaçante en comparaison de maintenant. Elle a l’impression que les mots de l’aveu se bousculent dans sa bouche pour savoir lequel sera le premier à sortir. Thune sait déjà et si elle persiste à mentir… ce n’est même pas de la peur, le regard éveille directement son instinct de survie.

C’est son orgueil qui la sauve. Hors de question de craquer devant 3. Cette sœur qui a pris les choses en main et empiète sur son domaine de compétence. Il est temps de lui rappeler qui est la dure à cuire de la famille.

Son orgueil lui fait donc serrer les mâchoires jusqu’à se faire mal, pour être bien sûre de ne pas lâcher le mot de trop, de ne pas trahir leur plan. Sans baisser les yeux. Thune voit bien qu’elle lui cache quelque chose mais elle reste muette.

Qu’à cela ne tienne… il en a fait parler de plus coriaces.

Il lâche 3, lance un ordre trop rapide pour que les deux sœurs le comprennent et se retourne vers elles avec un grand sourire. Un enfant quitte aussitôt la pièce. Thune s’assoit sur une chaise. 3 et 5 s’installent sur le lit de 5 et se tiennent la main. Il n’y a que six combattants dans la pièce avec eux et elles s’y sont assez habituées pour ne pas y prêter attention. La situation ne parait pas menaçante en elle-même.

Pourtant elles sentent le danger grandir.

5 tente d’apprivoiser Thune en disant :

_ On est contente d’être venues chez toi, tu sais. On aime bien être des Princesses-Esprits.

_ C’est bien… dit Thune en souriant toujours plus grand.

Son sourire fait frissonner les filles. L’enfant qui était parti revient avec une paire de pinces coupantes et rouillées. Thune joue avec, les fait claquer plusieurs fois, veille à ce que le regard des Techs soit fixé sur ces pinces. Il l’est.

_ Nora, donne ta main.

3 avale sa salive. A part ça, rien dans son attitude ne montre qu’elle a peur. Seule 5 sait qu’elle a peur, elle qui sent le cœur de sa sœur accélérer. Et encore, ça pourrait être pire. Si 4 était à sa place, il serait tombé dans les pommes. 3 tend sa main à Thune très calmement. Il met la pince autour de l’un de ses doigts.

_ Vous me cachez quoi vous les deux ? murmure Thune qui sourit toujours.

3 il va le faire il va te couper un doigt dis-lui dis quelque chose il va te faire mal oh 3 pourquoi tu réponds pas dis quelque chose dis quelque chose… panique 5.

Non, dit 3 sans perdre son sang-froid, il ne faut pas qu’il sache qu’on a quelque chose à cacher.

Mais il sait déjà !

Thune resserre la pince. Un peu. Le sang commence à couler. 3 le regarde droit dans les yeux.

_ Vous me cachez quoi ? demande Thune une deuxième fois.

3 ne répond toujours rien.

Et 5 a une idée.

_ On voulait rester avec des adultes, avoue-t-elle précipitamment, pour arriver à s’enfuir.

Coup d’œil surpris de 3, 5 l’ignore, développant son mensonge en faisant semblant d’avouer à contrecœur. Ce n’est pas difficile. Elle a réellement peur.

A quoi tu joues ? demande 3.

Je fais comme dans le conte, quand le lapin veut que l’autre le jette dans les ronces pour se sauver et qu’il lui dit « fais-moi n’importe quoi, mais pas les ronces ! ». S’il croit qu’on ne veut surtout pas être gardé par des enfants, il va laisser les enfants nous garder, et Mok va arriver et on va pouvoir l’utiliser ! Maintenant, engueule-moi ! Il faut qu’il croit que tu ne veux pas que j’avoue notre plan, comme ça il ne saura pas que c’est un faux plan !

Ok. 3 approuve sobrement, mais elle est admirative. Elle qui s’était déjà résignée à perdre un doigt pour ne pas laisser Thune ruiner leurs plans d’évasion… la ruse est une bien meilleure solution.

_ Ne dis rien ! dit-elle sèchement à 5.

_ Mais il va te couper le doigt ! pleurniche sa sœur.

_ On s’en fiche ! Tais-toi !

N’en fait pas trop quand même, dit 5 assez inquiète. La pression de la pince s’est encore accentuée depuis tout à l’heure et la chair est bien entaillée. Et 3 n’est vraiment pas une bonne actrice : les mots y sont, mais pas l’intonation. La petite décide d’attirer un peu l’attention sur elle en pleurant bruyamment.

Thune enlève la pince du doigt de 3 et prend tendrement dans ses bras 5 en lui disant :

_ Oh, ma jolie Princesse, il faut pas être triste… C’est à cause de ta sœur qui est méchante. Tu sais pourquoi elle est méchante ?

Parce qu’elle s’est fait entailler le doigt jusqu’à l’os et que ça la met de mauvaise humeur, se dit cyniquement 5, ressentant envers Thune une haine telle qu’elle n’en avait jamais connu. Elle a pourtant détesté de tout son être les soldats qui ont attaqué le laboratoire. Mais eux ne l’ont pas pris sur leurs genoux, et elle n’était pas obligée de coopérer gentiment. Incapable de répondre à Thune sans l’insulter, elle se met à trembler violemment et ne dit rien. Thune continue comme si de rien n’était :

_ C’est parce qu’elle me dit des mensonges qu’elle est méchante. Je sais les mensonges. Je les vois dans ses yeux. Je la punis parce que je l’aime et que je veux qu’elle soit une bonne fille. Et toi, tu es une bonne fille ?

_ Ou… oui…

_ Pourtant tu as dit des mensonges, ma Vicky, et ça c’est pas bien. Aucun de mes enfants ne dit des mensonges !

_ Pardon !

_ Alors je vais vous punir toutes les deux. Vilaines petites filles.

La voix de Thune est toujours aussi horriblement douce et gentille tandis que de la main gauche il joue avec la pince. 5 aimerait le griffer jusqu’au sang pour effacer cette immonde mascarade. Mais elle ne peut que crier :

_ Je vais tout te dire ! Tout ! Laisse-la tranquille !

Thune fait claquer une dernière fois la pince avec un sourire cruel. Puis dit :

_ Je t’écoute. »

Et il écoute, très attentivement, le plan improvisé de 5, basé sur une invention commode : les Techs seraient capable de manipuler mentalement les adultes. La ruse ne marche pas aussi bien que les deux petites filles l’auraient voulu, Thune se demande pourquoi elles n’ont jamais utilisé ce don, et ce que Mok vient faire là-dedans. Mais elles persistent, 5 expliquant avec empressement, 3 confirmant du bout des dents. Elles disent que si jamais Thune n’avait pas été en permanence entouré d’enfants, elles auraient facilement pu en venir à bout. Mais que maintenant elles sont ses prisonnières. Que ceux qui les ont envoyés n’ont pas prévu la présence des combattants. Bref, que Thune s’est montré plus habile que les membres du Gouvernement honnis. Finalement, le chef les croit, tout à sa fierté d’être prêt à vaincre ses ennemis avec leurs propres armes. L’anticipation de sa vengeance lui procure un tel plaisir qu’il néglige même d’être paranoïaque. Après tout, ce ne sont que deux petites filles, et venant de l’extérieur qui plus est, incapables de se servir d’une arme. Il les laisse seules toutes les deux. Avec les enfants combattants comme gardiens.

Timidement, 5 tente par son contact tech de voir dans quel état est le doigt de sa sœur. Ce n’est pas brillant, il lui faudra bien deux ou trois heures avant qu’elle puisse s’en servir à nouveau. Au moins la petite Tech ne risque aucune infection. 3 ne se plains pas de la douleur, elle déchire froidement un morceau de son tee-shirt pour l’enrouler autour de la blessure et faciliter la cicatrisation. 5 hésite à lui proposer son aide et finalement n’interviens que pour nouer la bande de tissu qui rapidement s’imbibe de sang. Elle se concentre pour fixer le sang tech en une carapace coagulée qui empêchera 3 d’en perdre trop. Mais elle ne peut rien contre la douleur – à moins de rendre certains nerfs totalement insensibles, mais c’est un processus qu’elle ne sait pas inverser. Dans le Réseau, elle voit l’esprit de sa sœur comme étant entièrement entouré d’une muraille. Elle pourrait forcer le passage ou solliciter humblement un contact. Elle préfère ne rien faire. Elle et 3 se sont tout dit, tout ce qui est nécessaire pour mener à bien leur plan, si 3 n’a plus envie de parler, alors 5 ne va pas la forcer.

Même si ce silence la blesse.

Même si elle se sent seule et vulnérable.

Même si 4 lui manque atrocement.

Ses mots reviennent à l’esprit de 5. C’était il y a quelques années, tout juste après la naissance de 7, 4 avait dit « On a de la chance ! On est nés au hasard et on s’entend tous bien, comme une vraie famille ! »

Sur le moment, 5 avait été tout à fait d’accord avec lui. Elle avait quatre ans. Elle ne s’était pas aperçu que 3 se tenait à l’écart d’eux et qu’elle préférait la compagnie des humains à celle de ses frères et sœurs. 3 faisait son devoir et était gentille avec 5, l’aidait et lui apprenait ce qu’elle avait besoin de savoir. Mais l’avait-elle aimé un jour ? Ce n’est que maintenant que 5 se pose cette question.

Si 4 était là, elle pourrait lui demander de la poser pour elle. Mais il n’est pas là. Il doit être en sécurité et 5 en est heureuse pour lui, mais il n’est pas là. 5 ne regrette pas une seconde que ce soit lui qui soit parti, jamais elle n’aurait supporté qu’on lui fasse du mal ou qu’on tente de lui en faire. Mais il lui manque. Sa gentillesse, son humour, ses tentatives de maintenir la paix entre les deux sœurs…

De son coté, 4 a toujours admiré le courage de 5. A présent, la fillette estime que la moindre des choses pour lui faire honneur est de montrer à nouveau du courage.

Elle passe un bras résolu autour des épaules de sa sœur et lui promet à voix haute :

« Je te protégerai et on va s’en sortir toutes les deux.

Surprise, 3 redresse la tête et regarde 5. Elle connait cet air résolu. Mais c’est elle la grande sœur, c’est à elle de veiller sur la plus jeune. Elle répond juste :

_ Oui, on va s’en sortir. Mais c’est moi qui te protégerai.

Silence. 5 retire lentement son bras.

_ On n’a plus qu’à attendre. » rappelle 3.

Attendre en silence… 5 ne sait pas de quoi parler avec 3. Qu’est-ce qu’elle aime, qu’est-ce qui l’intéresse, cette inconnue qui est sa sœur ? Les professeurs, bien sûr. Mais c’est un sujet qu’elles ne peuvent aborder que par voie tech, et 3 n’aime pas parler de cette manière sans nécessité. A part ça… non, 5 ne trouve aucune idée.

L’attente promet d’être longue.

Posté par Luma à 21:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les Techs, chapitre 7, première version (suite)

Nouveau commentaire